Vilma Espin

Vilma Espín Guillois
Vilma Espín Guillois

Données générales Vilma Espin.

Lucila Vilma Espin est née dans la ville de Santiago de Cuba le 7 avril 1930. En tant qu’étudiante elle a toujours excellé pour son dévouement à l’étude et en particulier son penchant pour les mathématiques, la physique et la chimie. Elle a également été soulignée dans le volley-ball pratiqué par des femmes et a participé à des activités culturelles telles que la chorale de l’Université. Vilma Espin s´est diplômée à Cuba en Ingénierie chimique industriel, le 14 juillet 1954. Cette même année, elle a voyagé aux États-Unis pour poursuivre des études supérieures à l’Institut Technologique de Massachusetts. A la fin de son séjour scolaire, elle a reçu l’orientation d´accomplir des tâches révolutionnaires, en passant par la ville de Mexico. Là, elle a établi des liens étroits avec Fidel et Raul Castro. Elle a participé à l’insurrection armée de Santiago de Cuba le 30 novembre, 1956 et en février 1957 par des raisons de sécurité elle s´est cachée sous les pseudonymes de : Alicia, Luz, Mónica, Déborah et Mariela. Elle a été coordonnatrice provinciale du mouvement révolutionnaire à Oriente jusqu’ au mois de juin 1958. Elle a été membre de la Direction nationale du MR 7.26 (mouvement révolutionnaire du 26 juillet). La persécution des forces répressives de la dictature a forcé Vilma de rejoindre l’armée rebelle dans le II Frente Oriental « Frank País ».

Vilma Espin et son travail politique après le triomphe révolutionnaire.

Après le triomphe révolutionnaire l´activité révolutionnaire de Vilma Espin a été très intense. Elle se distingue entre autres choses comme la fondatrice de la Fédération des femmes cubaines (FMC), le 23 août 1960. Dans cette organisation elle a facilité l’organisation des cours de secourisme et la promotion de l’intégration des femmes dans les Milices nationales révolutionnaires. Elle a également établi des cours de couturière et a intégré la Commission nationale d’alphabétisation. Plus tard, elle a appuyé l’association des femmes au foyer au plan du suivi de l’éducation pour réussir aux degrés de scolarité sixième et neuvième et a favorisé la création des salles de classe pour les adultes. Elle a dirigé et mené, en 1961, la création de l’Ecole Rurale Ana Betancourt, et les Ecoles de nuit pour femme de ménages. En 1962, elle a créé l’École des Cadres de Direction « Fe del Valle ». Elle a présidé de 1969 à 1976 l’Institut pour les enfants, une organisation qui a unifié la gestion des institutions pour enfants dans le pays. Elle a été directrice technique du Ministère de l’industrie alimentaire (MINAL). De là, elle a stimulé la recherche scientifique et technique et en 1972 a conduit à la création du Groupe de travail national sur l’éducation sexuelle (GNTES), qui a été officialisé en 1977 et assistant depuis 1981 au Comité permanent pour le soin des enfants, adolescents et droits pour l´égalité des femmes de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire. Elle a fondé et présidé depuis 1987, la Commission sur la prévention et l’attention sociale attaché au Conseil des ministres. Elle a adhéré le Comité central du Parti communiste de Cuba (PCC) depuis 1965 et a reçu la ratification dans les conférences ultérieures. Elle a présidé le Comité de travail que sous sa direction a rédigé les Thèses sur le plein exercice de l’égalité des femmes, marquant des lignes directrices conceptuelles et programmatiques sur le sujet. En 1980, elle a été élue en tant que membre suppléant du Bureau politique et promu dans le Troisième Congrès de l’organisation en tant que membre effectif dudit bureau jusqu’à 1991. Le 2 décembre 1976 lors la constitution de l’Assemblée elle a été élue en qualité de députée nationale du Pouvoir populaire et membre du Conseil d’Etat. Elle a reçu de nombreux prix, des titres, des ordres nationaux et internationaux, parmi lesquels se distinguent le titre honorifique « Héroïne de la République de Cuba », le « Prix Lénine de la Paix » et l’Ordre « Mariana Grajales ». Vilma est morte à La Havane le 18 juin 2007. Ses restes mortels reposent dans le Mausolée les combattants du II Frente Oriental Frank País à Mayari Arriba, au nord-ouest de la Sierra Maestra.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.