El Templete

El Templete La Vieille Havane
El Templete. Peu mentionné dans les publicités, il est peut-être l'un des lieux les plus importants de l'histoire de la capitale.Il simule un petit temple

El Templete. Localisation.

C’est exactement dans la rue Baratillo, entre O’Reilly et Enna, sur la Plaza de Armas, dans la vieille Havane, que se trouve El Templete. Peu mentionné dans les publicités, il est peut-être l’un des lieux les plus importants de l’histoire de la capitale.

El Templete simule un petit temple gréco-romain qui a été construit en 1828 par la grâce du colonel Don Antonio Maria de la Torre y Cárdenas et parrainé par le capitaine général et gouverneur Francisco Dionisio Vives et l’évêque de La Havane Juan José Diaz de Espada y Fernandez de Landa.

C’est là que la première messe et la première mairie ont été célébrées sous un céiba, le 16 novembre 1519. En passant par La Havane, vous ne devez pas manquer cet endroit plein de traditions yoruba qui perdurent encore aujourd’hui.

Le Templete est un symbole de La Havane. Son emplacement détermine la zone qui a d’abord occupé la place et le village de San Cristóbal de La Habana dès sa fondation et qui a été perpétuée d’abord par la ceiba commémorative, puis par la pierre de la colonne Cagigal et plus tard par le templete néoclassique et ses toiles intérieures.

Le ceibas du Templete.

La première messe a été célébrée sous un céiba et le premier cabildo a eu lieu à San Cristóbal de La Habana. L’arbre Ceiba est un élément symbolique pour la ville.

Le passage du temps, qui met fin à tout, s’est achevé avec le premier arbre céiba, témoin de l’événement. C’est pourquoi, entre 1755 et 1757, trois zones ont été plantées autour de l’endroit où il était situé. Deux d’entre eux se sont asséchés et le troisième a été abattu en 1827 pour pouvoir construire El Templete.

Un an plus tard, trois autres ceibas ont été plantés et un seul d’entre eux a réussi à survivre jusqu’en 1960, ce qui se traduit par 131 ans.

Sauver cet arbre centenaire qu’est le ceiba a été un effort collectif. Des échantillons de tissus de l’arbre ont été prélevés pour analyse, la clôture de pierre autour de l’arbre a été brisée parce qu’elle compressait ses racines, et un sérum hydroponique enrichi d’hormones a été appliqué.

Les branches et les rameaux séchés, ainsi que ceux qui font face à la mer, ont été sciés pour empêcher la pénétration du sel ; et l’arbre entier a été pulvérisé avec une pompe à haute pression et à faible volume. Malgré tous les efforts, elle n’a pas réussi à se redresser.

La même année, en 1960, un autre a été planté qui a vécu jusqu’en 2016. Et cette même année, un jeune ceiba a été transplanté de Las Terrazas à Artemisa, âgé de 15 ans, qui est celui que l’on peut voir aujourd’hui dans le Templete.

Faire trois fois le tour du ceiba, le toucher, l’embrasser et même l’embrasser, c’est attirer la prospérité. C’est ce qui marque la tradition que les femmes et les hommes partagent et qui montre le syncrétisme marqué après la rencontre entre les cultures espagnole et africaine.

Elle a lieu chaque 15 novembre, à minuit, les habitants de La Havane célèbrent un nouvel anniversaire de la fondation de la ville, font trois fois le tour de l’arbre ceiba et font un vœu.

La colonne cagigale.

En 1754, en souvenir de cette première messe, le gouverneur de l’île, Francisco Cagigal, fit ériger une colonne commémorative. La colonne a trois faces représentant la division territoriale dans trois provinces de la colonie. En haut, il y a une image de la Vierge du Pilar.

Deux textes y sont inscrits, l’un en latin et l’autre en espagnol ancien. Ce dernier a dit : Le village (aujourd’hui ville) de La Havane a été fondé en 1515, et lorsqu’il a déménagé de son siège original au bord de ce port en 1519, la tradition veut que l’on trouve à cet endroit un céiba feuillu sous lequel la première messe et la première mairie ont été célébrées : il est resté jusqu’en 1753, date à laquelle il a été stérilisé.

Et pour perpétuer la mémoire, gouvernant l’Espagne notre monarque catholique M. Fernando VI, a ordonné d’ériger ce recensement M. Francisco Cagigal de la Vega, maréchal de l’ordre de Santiago, gouverneur et capitaine général de cette île, étant le procureur général Dr Manuel Phelipe de Arango.

Année 1754.

L’inscription latine a été remplacée en 1903, lors de la restauration de la colonne, par une autre dont le texte est une version de l’ancienne et dit : « Arrêtez le passage, vagabond ; un arbre, un ceiba feuillu, orne ce site, je dirai plutôt un signe mémorable de la prudence et de l’ancienne religion de la jeune ville (…).

La première réunion des conseillers prudents a eu lieu il y a plus de deux siècles : elle a été préservée par une tradition perpétuelle ; cependant, elle a laissé place au temps.

Alors, regardez et ne laissez pas la foi de La Havane périr à l’avenir. Vous verrez une image faite dans la pierre aujourd’hui, c’est-à-dire la dernière de novembre 1754.

En 1827, devant la détérioration que subissait la colonne, le gouverneur et capitaine de l’île, Don Francisco Dionisio Vives y Planes, comte de Cuba, décida de la restaurer et d’élever un monument plus important. Pour cela, le conseil municipal de La Havane a accepté la récupération de la colonne et de ses environs.

Monument El Templete .

La même année, la construction du monument, appelé Templete, a commencé. La colonne a été placée sur quatre marches circulaires en pierre et l’image de la Vierge du Pilier a été remplacée par une autre dorée au feu.

À l’occasion de la construction du Templete, un buste en marbre a été placé, avec son socle, du premier gouverneur de La Havane, Hernando de Soto. À l’intérieur de l’enceinte fermée par les portes qui entourent le Templete, ce buste, l’arbre ceiba et la colonne de Cagigal ont été inclus.

Le Templete est le plus petit et le moins voyant des bâtiments qui entourent la Plaza de Armasy en même temps que le premier ouvrage de génie civil de nature notoirement néoclassique que La Havane ait eu.

Façade.

Sa façade se compose d’un portique de colonnes doriques tenant une frise décorée et d’un puissant fronton au centre duquel se trouve une inscription commémorant l’inauguration.

La façade retraitée a des pilastres avec des chapiteaux doriques en correspondance avec les colonnes du portail ; son plafond est plat, avec une large corniche et le bâtiment est élevé sur une marche périmétrale de trois marches en pierre jaïmanite. Les sols intérieurs sont en marbre.

Les éléments précieux du complexe sont également la clôture de lances en fer finies en pointes de bronze, avec des piliers surmontés de coupelles avec des pommes de pin, ce qui introduit une touche tropicale dans la conception néoclassique.

Intérieur.

À l’intérieur, on trouve trois toiles peintes par Jean Baptiste Vermay de Beaume, fondateur de l’Académie de dessin et de peinture de Saint-Alexandre, des témoignages authentiques de l’inauguration du bâtiment et de la fondation du village, ainsi que la première messe célébrée au pied du premier céiba : la première messe mémorable sous le céiba (1826) et la célébration religieuse solennelle officiée par l’évêque Espada, à l’occasion de l’inauguration du temple, sont deux des peintures à l’huile que l’on peut y voir.

Lorsque vous visitez La Havane, ne manquez pas cet endroit qui conserve l’essence de la ville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.