Tata Güines

Tata Güines
Federico Arístides Soto Alejo, qui était connu sous son nom de scène, Tata Güines, est né à Güines, dans l'ancienne province de La Havane, le 30 juin 1930,

Federico Alejo Arístides Soto, plus connu sous le nom de Tata Güines, est considéré comme le roi des tambours à Cuba.

Federico Arístides Soto Alejo, qui était connu sous son nom de scène, Tata Güines, est né à Güines, dans l’ancienne province de La Havane, le 30 juin 1930, dans une famille de musiciens. Fils de Joséíto « El tresero » et de La Niñita, il jouait depuis son enfance dans une boîte à chaussures au coin de l’ermitage Santa Barbara, dans le légendaire quartier de Leguina, où tant de congas et de bembés ont été fabriqués et continueront à être dégustés. Il a été formé comme musicien parmi les tambours et les fêtes religieuses de son quartier. Il a adopté son surnom d’enfant – el Tata-, et comme nom de famille celui de la ville qui l’a vu grandir. Il s’est attaché aux instruments à percussion, notamment la tumbadora, qui, en tant que Cubain, gémissait sous l’effet de ses mains prodigieuses. Sous l’influence de Chano Pozo, dont les touches l’ont enchanté et lui ont donné la clé pour créer son propre style, Tata Güines est aujourd’hui considéré à Cuba comme le roi de la batterie, puisqu’il était un batteur par excellence, un interprète classique de la rumba et de la conga sans comparaison.
Tata Güines était contrebassiste dans le groupe Ases del Ritmo, il a également fait partie du groupe Partagás, dirigé par son oncle Dionisio Martínez, et plus tard il a fondé l’orchestre Estrellas Nacientes et s’est produit avec l’orchestre Swing Casino, de Güines. En 1946, il se produit dans sa ville natale avec l’ensemble d’Arsenio Rodríguez. En 1948, il s’installe à La Havane, où il est membre des orchestres La Nueva América de Pao Domini ; En 1952, il rejoint Fajardo y sus Estrellas, avec lequel il se rend à New York en 1956 pour se produire au Palladium, où il coïncide avec Machito et ses Afro-Cubains et avec Benny Moré, qu’il accompagne avec la tumbadora ; il se produit également à l’hôtel Waldorf Astoria, où il travaille pour la première fois en tant que soliste.
Il a été membre de Los Jóvenes del Cayo, avec qui il a joué à la station de radio La Voz del Aire ; Tata Güines s’est ensuite produit avec les groupes Camacho et Gloria Matancera. Il a accompagné le trio Taicuba en tant que bongosero, et a travaillé avec Guillermo Portabales, Celina y Reutilio et Ramón Veloz. Il a participé, avec Chano Pozo, au groupe Los Dandys de Belén ; ainsi qu’à Los Mosqueteros del Rey, Los Mambises et Las Boyeras. Il a enregistré avec Arturo O’Farrill (Chico) et avec Cachao y su Ritmo Caliente, Frank Emilio, Guillermo Barreto, Gustavo Tamayo et d’autres. Il fait partie du Quinteto Instrumental de Música Moderna (plus tard Los Amigos), dirigé par le pianiste Frank Emilio ; Guillermo Barreto, timbalier, Gustavo Tamayo, güiro, Israel López (Cachao) et Orlando Hernández (Papito), contrebasse. En 1955, il s’est rendu à Caracas, au Venezuela, pour participer aux carnavals de cette ville. Il a fait des tournées en Californie, à Chicago, à Miami, à Porto Rico, au Panama, au Venezuela, en Colombie, au Mexique, en Martinique, à Monte Carlo, en Suisse, en Bulgarie, en Hongrie, où il a participé au festival de jazz, en Union soviétique, en Finlande et en Espagne.
Il prépare un spectacle et partage la scène avec Josephine Baker, Frank Sinatra, Maynard Ferguson et Los Chavales de España, avec qui il enregistre la pièce « No te puedo querer ». En 1960, il est retourné à Cuba. Quatre ans plus tard, il fonde Los Tatagüinitos. Il a donné un concert avec l’Orchestre symphonique national, dirigé par Manuel Duchesne Cuzán, avec lequel il a interprété son œuvre Perico no llores más. Il a accompagné le guitariste et compositeur Sergio Vitier dans son œuvre Ad Libitum, qui a été dansée par Alicia Alonso et Antonio Gades.
Il est décédé le 4 février 2008 dans sa ville natale de Güines, à La Havane. Tata Güines était un maître des maîtres de la percussion cubaine. Sa mort a représenté une perte remarquable pour la culture cubaine. Devant Tata Güines, le cuir du tambour semblait être la soie la plus délicate et la plus chère. Il posait sa main agile sur la peau tannée et tendue par le feu, et avec ses ongles il obtenait la plus triste des lamentations ainsi que le sourire le plus contagieux.
Parmi les prix et récompenses qu’il a reçus, on peut citer le National Music Award 2006, l’ordre Felix Varela en 2004 et la médaille Alejo Carpentier en 2002.
Parmi ses œuvres les plus connues figurent Auxilio, Fanfarrón, Mami, dame el mantecado, No metas la mano en la candela et Perico no llores más.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.