Rodrigo Prats

Rodrigo Prats Llorens
Rodrigo Prats Llorens est né à Sagua la Grande, dans la province de Villa Clara, le 7 février 1909. Il a grandi dans une famille de tradition musicale, pui

Rodrigo Prats Llorens était un musicien, compositeur et chef d’orchestre cubain renommé.

Rodrigo Prats Llorens est né à Sagua la Grande, dans la province de Villa Clara, le 7 février 1909. Il a grandi dans une famille de tradition musicale, puisque son père était le flûtiste et compositeur Jaime Prats (1883-1946), auteur du célèbre boléro Ausencia, fondateur de l’un des premiers groupes de jazz du pays, et auteur prolifique de musique pour la scène théâtrale vernaculaire. C’est précisément avec son père, Rodrigo Prats, qu’il a commencé à étudier la musique. Il entre ensuite au Conservatoire d’Orbón à La Havane pour suivre des cours de solfège et de théorie avec Cándido Herrera. Au conservatoire d’Iranzo, il a terminé sa formation musicale. Dans une interview, Prats a déclaré qu’il était fier d’être un « danzonero », car à l’âge de douze ans, il jouait du violon dans des orchestres qui exécutaient cette danse très cubaine et son premier danzón avait été écrit à l’académie de La Havane, à contre-courant des opinions des professeurs.
Il a fait ses débuts en 1922 dans le Cuban Jazz Band dirigé par son père et, la même année, il a rejoint le nouvel Orchestre symphonique de La Havane, dirigé par Gonzalo Roig. Il avait auparavant fait partie des orchestres de Tata Pereira, Rojito Barba et Felipe Palau. En 1924, il écrit le boléro créole « Una rosa de Francia ». Rodrigo Prats Llorens avait quinze ans lorsqu’il a composé la musique, basée sur les paroles d’un poème que Gabriel Gravier, un ami de la famille, lui avait donné. Elle a été créée par le chanteur populaire Fernando Collazo. En 1926, il dirige l’orchestre de la Compagnie de théâtre Archimède Pous, comme son père l’avait fait auparavant. Plus tard, il a été le fondateur et le directeur de l’Orchestre symphonique de l’air, ainsi que de l’Orchestre de chambre du Cercle des beaux-arts, et directeur adjoint de l’Orchestre philharmonique de La Havane. Il a été le directeur musical de la station de radio RHC Cadena Azul, spécialisée dans les programmes musicaux de différents genres.
Rodrigo Prats Llorens au début des années 1930, avec son collègue Gonzalo Roig et le directeur de théâtre et écrivain Agustín Rodríguez, librettiste de nombreuses zarzuelas et auteur de paroles de chansons, Prats a participé, en tant que maître de concert, aux saisons d’art lyrique cubain du Théâtre Martí, pendant plus de cinq ans. C’est dans ce cadre qu’il a créé les zarzuelas « Soledad », « María Belén Chacón » et « Amalia Batista », considérées comme les plus complètes de ses écrits. Il obtient par opposition le poste de directeur de l’orchestre symphonique du ministère de l’éducation, et lors de l’inauguration de la télévision, en 1950, il est nommé directeur musical de la chaîne 4.
En 1954, Rodrigo Prats Llorens organise un orchestre avec des musiciens qualifiés, pour interpréter des danzones avec ses propres arrangements dans le disque intitulé « Danzones para bailar », qui est distribué par la firme Puchito. Une autre production importante dans la carrière discographique de Rodrigo Prats a été « Estampas de Cuba », avec des arrangements instrumentaux du maestro, des danses d’Ignacio Cervantes, José White et Ernesto Lecuona, et des chansons d’Eduardo Sánchez de Fuentes, Gonzalo Roig, Jorge Anckermann, Eliseo Grenet et Moisés Simons.
En janvier 1960, le maestro Rodrigo Prats dirige l’Orchestre National Typique, formé pour le Festival de Danzón par les meilleurs interprètes du genre.
C’était un homme vraiment aimé de tous ceux qui l’ont connu, qui ont eu affaire à lui et qui ont partagé la scène avec lui. Il avait toujours une anecdote, un conseil, un mot d’encouragement et d’encouragement pour les jeunes interprètes. C’était un homme extrêmement exigeant dans son travail et dans celui des autres en matière de musique, mais toujours de bonne humeur. C’était un homme de qui émanait toujours la sagesse et dont on tirait toujours profit. Une gloire de la musique cubaine. Jusqu’à ses derniers jours, il a consacré ses forces à la culture et à la promotion du genre lyrique, des genres traditionnels et de la meilleure chanson nationale. Le maestro Rodrigo Prats est mort à La Havane le 15 septembre 1980.
Sa messe cubaine, composée à l’origine pour le mariage de son fils, a été chantée lors de la célébration liturgique qui a eu lieu à La Havane en 1998, lors de la visite de Sa Sainteté Jean-Paul II à Cuba. Le Théâtre lyrique de la province de Holguín porte son nom, tout comme le Musée de la musique de Sagua la Grande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.