Rita Montaner

Rita Montaner
Rita Montaner Facenda est née à La Havane le 20 août 1900, fille du médecin et capitaine de l'armée de la Libertador Domingo Montaner Pulgarón et de Merced

Rita Aurelia Fulceda Montaner est l’une des représentantes les plus universelles des artistes cubains.

Rita Aurelia Fulceda Montaner Facenda est née à La Havane le 20 août 1900, fille du médecin et capitaine de l’armée de la Libertador Domingo Montaner Pulgarón et de Mercedes Fazenda. Elle a étudié la musique en 1910 au Conservatoire de musique et de décoration Eduardo Peyrellade à La Havane. À New York, elle était une disciple chanteuse du professeur italien Alberto Bimboni.
Elle a étudié le piano à la perfection, maîtrisé le pentagramme, chanté le cultivé et le populaire avec excellence parce qu’elle était sans préjugés et avait une conception universelle de la culture. D’où sa magnificence, sa haute volée, sa validité et sa transcendance.
Le 16 mars 1922, Rita Montaner a participé aux Concerts de musique typique cubaine organisés par le compositeur Eduardo Sánchez de Fuentes, accompagnée par l’orchestre dirigé par le compositeur Gonzalo Roig. Le 10 octobre de la même année, elle se produit lors de l’inauguration de la station de radio PWX, avec l’orchestre dirigé par le compositeur Luis Casas Romero. Le 28 janvier 1923, il se produit au Théâtre national (Gran Teatro de La Habana) dans le cadre du Festival de la chanson cubaine.
Le 9 octobre, elle s’est produite au Festival de musique cubaine organisé par le journaliste Guillermo de Cárdenas et le pianiste et compositeur Ernesto Lecuona, qui l’a accompagnée au piano. Le 2 mars 1926, elle interprète l’air « Un bel di vedremo » de l’opéra Madame Butterfly, du compositeur italien Giacomo Puccini, et du même compositeur, elle chante l’air « Mi chiamano Mimi », de l’opéra La Bohème.
En 1926, il se rend à New York, où il travaille avec la compagnie Follies Schubert, et après six mois de spectacle, il retourne à Cuba. En 1929, il se rend à Paris en compagnie de Sindo et Guarionex Garay. Dans cette ville, il s’est produit au Palais, où il a joué Siboney, Carabalí et son célèbre ¡Ay !
Rita Montaner a le grand mérite de s’être spécialisée dans l’interprétation du folklore cubain, qualifié par certains de barbare et d’inélégant. En quelques années, elle a atteint une popularité extraordinaire.

Rita et son personnage « La Chismosa ».

En période de tension politique, tout le public de l’île était attentif aux coplas chantées par La Chismosa, un personnage de sa création. Et, au fil des années, sa voix a acquis en éloquence, en puissance d’expression, ce que le temps lui a enlevé de sa fraîcheur. Rita Montaner a magnifiquement défié le passage des années, montrant qu’elle n’avait rien perdu de sa personnalité.
Rita Montaner se rend au Mexique en 1933, avec Bola de Nieve, comme pianiste accompagnatrice. De retour à Cuba, elle a travaillé au Teatro Principal de la Comedia. Plus tard, elle a fait partie de la distribution de la Compagnie cubaine de zarzuela qui a été présentée au Théâtre Martí, puis elle a travaillé avec Lecuona. Elle a établi une relation de travail avec le compositeur Gilberto Valdés, et depuis lors, elle est devenue l’une des plus importantes interprètes de son œuvre.
En 1939, elle se produit à Radio Caracas, au Venezuela. De retour à la Republique de Cuba, elle poursuit son travail avec Ernesto Lecuona. En 1940, elle a interprété la sainteté lyrique de Rodrigo Prats, Amalia Batista. À la fin de cette année, il s’est rendu aux États-Unis, où il a été la figure centrale du spectacle de la boîte de nuit La Havane-Madrid à Broadway. De retour à Cuba, il joue en 1941, pour le CMQ, dans le roman Cecilia Valdés, de l’écrivain cubain Cirilo Villaverde.
A partir de 1946, elle se produit au Cabaret Tropicana, accompagnée au piano tantôt par Ignacio Villa (Bola de Nieve), tantôt par Felo Bergaza. En 1947, elle se rend au Mexique pour jouer dans le film María la O, qui, basé sur la zarzuela du même titre de Lecuona, est réalisé par Adolfo Fernández Bustamante. Il a joué le personnage de la femme noire Mercé dans le film mexicain Angelitos negros, aux côtés de Pedro Infante.
Le 31 mai 1957, elle partage avec l’acteur cubain Alejandro Lugo sa dernière représentation : « Fiebre de Primavera », de Noel Coward, dans la Sala Arlequín. La propriétaire du théâtre, voyant que Rita Montaner avait perdu sa voix, s’est adressée à elle pendant l’entracte et lui a demandé : « Allons-nous suspendre la représentation, Madame Rita », ce à quoi elle a répondu : « … je dois respecter ce public… et ce public part d’ici avec un travail bien fait, même si je meurs ». Rita s’est retrouvée sans voix, cette nuit-là était pour l’Oncologue et le 17 avril 1958, elle est morte en laissant derrière elle une trace de gloire et d’affection populaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.