Oyá – Orisha

Oyá
Oyá est un Osha et est étroitement lié à Ikú, la divinité de la mort. Il favorise les tempêtes, les vents forts ou les ouragans et les étincelles. Il symbo

Oyá. Informations générales.

Religion ou mythologie : Yoruba
Syncrétisme : Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus Journée de célébration : 1er octobre Patron ou Dieu de l’étincelle, du tourbillon, de l’arc-en-ciel et des morts.
Pays ou région d’origine : Afrique
Vénéré en Afrique, en Amérique latine et en Europe Oyá. Dame de l’étincelle, du tourbillon, de l’arc-en-ciel et des morts, ses vents aident à maintenir la vie après que les eaux d’Oshún et de Yemayá aient donné vie et sens ou but. Les vents d’Oyá transportent le pollen de différentes plantes d’un endroit à l’autre. Oyá est aussi l’air que nous respirons, il fournit à l’air la bonne quantité d’oxygène pour nous maintenir en vie et fonctionner.

Oyá. Caractéristiques.

Oyá est un Osha et est étroitement lié à Ikú, la divinité de la mort. Il favorise les tempêtes, les vents forts ou les ouragans et les étincelles. Il symbolise le caractère violent et impétueux. Il vit à la porte des cimetières. Il représente l’intensité des sentiments de deuil, le monde des morts.
Dans la nature, elle est symbolisée par l’étincelle. Avec Elegguá, Orula et Obbatalá, il domine les quatre vents. Il est appelé par le son de la gaine flamboyante. Il représente la réincarnation des ancêtres, le manque de mémoire et le sentiment de deuil chez les femmes. Le drapeau, les sayas et les tissus Oyá portent une combinaison de toutes les couleurs sauf le noir.
C’est aussi l’Orisha du fleuve Niger, anciennement appelé Oyá, en raison de ses 9 affluents, né à Ira. Oyá est l’une des soi-disant Orishas mortes avec ses sœurs Obbá et Yewá. Oyá exerce un pouvoir spécial sur les eggúns, comme cette mère de neuf enfants. Amoureuse de la guerre, elle s’est battue aux côtés d’Oggún et de Shangó dans leurs campagnes. Elle a accompagné Shangó lorsqu’il a quitté Oyó et a été nommée par lui reine de Kosso. Son culte est celui du territoire de Tapa, Kosso et Òyó. Son nom vient de Yorùbá Òyá (Oló : propriétaire – Oya : ténèbres) aussi connu sous le nom de Yansá des Yorùbá Iyámsá (Iyá : mère – Omó : fils – Mesá : neuf).
Les enfants de Yemayá et de Shangó ne la reçoivent pas pendant le Sodo Orisha et lorsqu’elle s’installe comme Orisha tutélaire, ses enfants doivent recevoir Yemayá avec un rituel spécial. Elle porte 9 otá brunes ou carmélites qui sont recueillies dans la rivière.

Oyá. La famille.

Fille d’Obbatalá et de Yembó, épouse d’Oggún, Shangó et a embrassé pour la première fois Babalú Ayé, également sœur d’Ayaó qui est vierge et ne s’installe pas.

Oyá. Attributs.

Son récipient dans un pot d’argile avec couvercle ou une soupière en carmélite ou en faïence de différentes couleurs. Normalement, ils vivent à sec, dans certains cas dans l’eau de la rivière et dans d’autres, seule une petite quantité d’eau de rivière est pulvérisée sur leur otá.
Ses attributs sont 9 adams (manches) en cuivre, des gaines flamboyantes, des Irukes (prêles), une main d’escargots, des outils de travail et de guerre, des épées, des boucliers, des esclaves, des épées foudroyantes, une couronne, des mouchoirs de 9 couleurs différentes sauf le noir, le guataca, la pioche, l’acofa, la foudre, la faux, le bâton, la houe, le râteau, la hache, le sabre, etc.
Leurs Elekes sont constitués d’une perle de carmélite avec des rayures blanches et noires pour 9 carmélites. Dans certaines maisons d’Osha, ils sont constitués de perles lilas avec des rayures jaunes ou de 9 perles blanches et 9 noires alternées.

Oyá. Objets de pouvoir.

Un outil fabriqué à partir de crin de cheval noir, appelé Iruke.
Neuf bracelets en cuivre.

Suits.

Elle porte une robe de vin et une saya avec 9 rayures de couleurs différentes. Elle peut également porter une robe faite de fibre sèche provenant du haut du palmier royal, appelée yagua. Neuf rubans colorés couvrent sa tête.

Offres.

Les offrandes de fruits de couleur ocre sont faites, principalement des aubergines, des patates douces, des bananes indiennes, des pains aux haricots, du riz blanc aux aubergines, du beurre de corojo, des raisins, du beurre de cacao, du maïs grillé, de la noix de coco, etc.
Ils immolent les chèvres, les poulets, les pintades, les pigeons.
Ses brebis sont flamboyantes, caimitillo, fruit de la bombe, yucca, grenade, merveille, mille fleurs, géranium, corail pourpre, mer du Pacifique, concombre cimarron, verveine, fleur de cimetière, frayeur mortelle, changement de voix, llantén, honteux, armoise, cordoban, camphre, curujey, croto, pomme anglaise, melon, etc.

Caractéristiques de leurs enfants.

Ce sont des gens réservés, tranquilles comme la brise, mais quand ils se mettent en colère, c’est la tempête. Ils sont comme le vent, ils n’aiment pas être enfermés au même endroit, ils fatiguent facilement le quotidien et la monotonie. Ils sont dans certains cas extrêmement fidèles, mais dans d’autres, ils sont donnés à des aventures extraconjugales. Dans tous les cas, ils sont très jaloux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.