Musée d’art de Gibara

Le musée d'art de Gibara
Le musée d'art de Gibara, à Holguin, est une institution qui conserve une vaste collection de pièces appartenant aux XIXe et XXe siècles. Celles de verre, de céramique, de meubles de style et de sculptures, provenant pour la plupart de France, d'Angleterre et d'Allemagne, se distinguent. Il a été inauguré le 25 juillet 1972.

Le musée d’art de Gibara, à Holguin

Le musée d’art de Gibara est une institution qui conserve une vaste collection de pièces appartenant aux XIXe et XXe siècles. Celles de verre, de céramique, de meubles de style et de sculptures, provenant pour la plupart de France, d’Angleterre et d’Allemagne, se distinguent. Il a été inauguré le 25 juillet 1972.

Il est situé dans l’Independencia numéro 19 entre Luz Caballero et J Peralta, dans sa haute usine et est simultanément l’une des plus importantes constructions domestiques de style néoclassique de la seconde moitié du XIXe siècle sur le territoire.

Histoire et caractéristiques du musée.

Le bâtiment que le musée occupe aujourd’hui était la maison de l’architecte Atanasio González de Riancho et, à la fin du XIXe siècle, il est passé aux mains du millionnaire José Beola y Valenzuela.

Unique en son genre dans l’est de l’île, le musée d’art de Gibara expose des meubles, des vases, des tasses décoratives, des lampes, des services à thé et à café et d’autres objets utilitaires.

Il dispose de 14 salles d’exposition et ses installations de stockage contiennent plus de 2 200 objets. Deux œuvres du peintre local Juan Vecino Mayo, de 1929 et 1942, sont exposées dans le hall. Il existe également plusieurs sculptures en cire perdue, dont une figure féminine représentant la Déesse de la Fortune.

Le hall du Musée d’art de Gibara.

La salle principale nous revient en forme de médaillon. On y trouve plusieurs meubles, comme le piano à queue Pleyel, un instrument très utilisé dans la maison cubaine pour animer les fêtes et les réunions de famille. Il y a le fauteuil des amoureux, différentes pièces de céramique allemande, autrichienne et française.

Quatre arcs de verre polychrome, considérés comme les plus grands demi-points des provinces de l’Est, confèrent à cette pièce une beauté unique, des meubles cubains des premières décennies du XXe siècle sont exposés, plusieurs sculptures en bronze et des paravents avec des empreintes de pays européens sont des éléments qui la distinguent.

Les murs sont décorés de motifs floraux roses et le mobilier montre la qualité du travail du bois cubain du XIXe siècle. Les lavabos en bois, en marbre et en céramique italienne se distinguent.

Le hall

Dans le foyer, un lustre en verre vénitien, des vases, un ensemble de pièces de style perillita, un plafonnier en verre vénitien, des vases, des piédestaux décoratifs exotiques et des motifs mythologiques sont exposés.

Chambre à coucher

La chambre de la dame est de styles différents. La garde-robe cubaine du XIXe siècle, inspirée du rococo, est l’un des objets qui se distinguent. Il convient également de noter l’ensemble de toilettes en opaline et le lit en bronze.

Salle de séjour

Dans le salon des hommes, on trouve un ensemble de meubles de la firme autrichienne Thonet, un vase à la technique dorée et à la décoration florale faite à la main, ainsi que des objets à l’usage des hommes.

La bibliothèque du musée

La bibliothèque de l’institution offre au public une grande collection où sont conservés les actes du Parlement constitutif espagnol, qui appartenait au vice-consul de ce pays à Gibara.
Les autres exemplaires présents sont La Divine Comédie illustrée de gravures de Doré, deux éditions de Don Quichotte, entre autres ouvrages de littérature universelle publiés au XIXe siècle en font partie.

La Villa Blanca de los Cangrejos est représentée à travers des vitrines et des espaces qui conservent également des ustensiles appartenant aux familles riches de l’époque.

Le vase décoratif de style Art Nouveau est représentatif. Il est fait d’argile et représente trois nymphes qui sont immergées dans un tourbillon.

L’œuvre se caractérise par les lignes courbes, la sensation de mouvement et les références à la nature. C’est la seule pièce enregistrée dans un musée de Cuba qui présente ces caractéristiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.