Monument à Máximo Gómez

Monument à Máximo Gómez
De par sa hauteur, le Monument à Máximo Gómez, situé dans la rotonde du Tunnel de la Havane, semble protéger la ville. En mai 1916, un concours internationa

De par sa hauteur, le Monument à Máximo Gómez, situé dans la rotonde du Tunnel de la Havane, semble protéger la ville.

En mai 1916, un concours international a été lancé pour choisir le projet du monument en hommage au général Máximo Gómez. Le Congrès de la République a approuvé un budget de 200 mille pesos pour l’exécution du monument.
Le règlement du concours établissait que le monument devait répondre aux exigences des sculptures équestres : comme il s’agissait d’un héros étranger, il devait faire face à la mer et comme Gómez était mort de mort naturelle, le cheval devait avoir toutes ses jambes reposant sur le sol. L’appel à candidatures a été ouvert jusqu’en 1919, et quarante concurrents se sont présentés.
Le jury a opté pour la conception du presque inconnu Aldo Gamba, un jeune Italien à qui il manquait une production importante pour le soutenir dans cette réflexion, ce qui a suscité une vive controverse. Néanmoins, la décision du jury a prévalu.
L’achèvement des travaux était prévu pour 1925, mais il a été mis en péril par l’indolence des différents gouvernements pendant la crise économique et politique de ces années-là. Enfin, après presque vingt ans d’idée initiale, le majestueux monument fut inauguré le 18 novembre 1935, à l’occasion du 99ème anniversaire de la naissance du Généralissime, dans son emplacement de l’Avenida del Puerto, lors d’un acte solennel.
Des années plus tard, le parc entourant la statue a été modifié et a perdu une partie de son extension d’origine en raison de la construction du tunnel de La Havane.

Description du monument à Máximo Gómez.

Le groupe sculptural a été conçu avec une grande monumentalité, à partir d’une composition pyramidale de caractère éminemment classique et combinant des groupes en marbre blanc et en bronze.
Le corps architectural principal du monument repose sur une grande plate-forme, avec trois escaliers qui y montent et se prolongent jusqu’à l’avant, formant des bassins d’eau.

La base du Monument à Máximo Gómez.

Le monument à Máximo Gómez a une énorme base quadrangulaire dont les façades latérales sont ornées de bas-reliefs continus qui servent d’allégorie des sacrifices du peuple pour une patrie libre. L’une des scènes secondaires montre un cortège de femmes avec leurs enfants dans les bras, comme si elles étaient prêtes à les livrer à la cause libertaire. Dans l’autre scène, on peut voir des figures paysannes offrant leurs biens et leurs fruits à la lutte. Les visages des deux groupes dénotent : « des attitudes sereines et tristes ». Les personnages de ces bas-reliefs sont habillés de façon classique en tunique. La contribution et le sacrifice du peuple cubain consacrent l’Aurore nationale, symbolisée par un autre haut-relief sur le devant de la base. Là, un arc de triomphe s’ouvre en forme de demi-cercle. De l’arcade, les chevaux du soleil, faits de bronze, surgissent en masse, symboles de l’avancée de la nation vers la liberté et la prospérité.
L’intérieur de la base abrite le mausolée qui contient les restes du guerrier. On accède à cette crypte par une porte en bronze qui s’ouvre entre les colonnes. Une image de la Patrie sous la forme d’une matrone assise est représentée au-dessus de la porte de bronze dans la crypte du héros.

La base du temple du Monument à Máximo Gómez.

Ce deuxième corps du monument est composé de hauts-reliefs représentant les Libertés cubaines. La marche triomphale du peuple est menée par une image de la Victoire avec ses ailes ouvertes. À sa droite, il tient le flambeau de la paix et de la liberté, tandis qu’à sa gauche, il tient un rameau d’olivier. Des prisonniers masculins nus avancent à pied et à cheval après la Victoire (inspirée de la Victoire de Samothrace). Ils représentent l’armée libératrice. Derrière eux, femmes et enfants défilent avec des fleurs et des fêtes pour célébrer le triomphe.

Le temple du Monument à Máximo Gómez.

Au-dessus du corps central du monument, Gamba a érigé le Temple de la Patrie. Ce temple est rectangulaire, et est soutenu par quatorze colonnes doriques en marbre blanc. Une flamme éternelle évoque le souvenir du héros à partir d’une ara dans la colonnade.

La statue du Monument à Máximo Gómez.

Sur ce piédestal et pour terminer le décor, on trouve la statue équestre du général Gómez, qui porte un uniforme de campagne, avec un sabre à la ceinture et un chapeau dans la main droite. Son coursier est planté sur ses pattes, la tête et le cou étendus vers l’avant. Le général regarde l’horizon, montrant sa fierté d’avoir obtenu l’indépendance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.