El lunar – Septour santiaguero

Sur le vidéo-clip El lunar del Septour santiaguero.

L’audiovisuel du sujet « El lunar del Septour” est la deuxième vidéo promotionnelle du disque No quiero llanto – Tributo a Los Compadres, fait avec le Dominicain José Alberto El Canario, qui est sorti à Cuba grâce à l’Entreprise d’Enregistrements et d’Éditions musicales (Egrem).
Cette production a été diffusée par Les Serins Music et Select-O-Hits et elle a obtenu le prix Cubadisco 2015 dans la catégorie de Son Traditionnel.

Avec la direction d’Alden González et de Bhagavan Ishaya, la photographie d’Erick Delgado, l’un des référents de cette direction à Cuba, et l’édition et post une production d’Alián Hernández, El lunar del Septeto a été filmé par la compagnie danzaria Sabor DKY, dirigé par Yanek Revilla.

Sur le disque No quiero llanto – Tributo a Los Compadres

No quiero llanto -Tributo a Los Compadres est un album qui honore le Duo emblématique Les Parrains et particulièrement à chacun de ceux qui l’ont composé dans ses deux étapes, les frères Lorenzo et Reynaldo Hierrezuelo, “Roi Caney”, et Francisco Repilado, “Compay Segundo“.
La Placa, gagne le Cubadisco 2015 dans la catégorie de son traditionnel, est une coproduction des musiciens cubains et de José Alberto “Le Serin”, avec le label discographique Les Serins Music et distribué par Select-O-Hits. A Cuba le disque est licencié par la maison de disque EGREM et c’est la première licence d’un Septuor faite avec une maison de disque cubaine.
On participé à la production Oscar D’ León, Eliades Ochoa, Andy Montañez, Aymee Nuviola, Ismael Miranda, Tiburón Morales, Edwin Bonilla, el Grupo Esencia, la Conga de Los Hoyos, Estrellas de la Charanga, el Orfeón Santiago y la Orquesta Sinfónica de Oriente, entre d’autres musiciens importants. Il a été enregistré dans les études Santiago de Cuba y La Habana, San Juan et Ponce à Puerto Rico, Miami et New Jersey aux États-Unis, par un groupe de prestigieux et lauréats d’ingénieurs, ainsi masteurisé en Californie par le spécialiste couronné Michael Lazarus, de Latin Music Mastering.

Après avoir évalué le disque, José Alberto El Canario affirme que c’est un rêve devenu réalité et un honneur de partager avec ce groupe qui apporte un son cubain au monde et dédié à los ComPadres, des icônes de ce versant musical et aux parents du lyrique de la rue et du paysan qui vient de chez leurs ancêtres. De sa part, Fernando Dewar, directeur du Septuor, a considéré que c’est un point d’excellence dans sa trajectoire et confessa être impatient sur ce qui adviendra de cette constellation qui se rassemble pour l’hommage au duo inoubliable.
Il s’agit aussi d’un hommage au trio Matamoros, au Matancera Sonore, à Marie Teresa Vera, au Quatuor Patrie, à la Vieille Trova Santiaguera et à Buena Vista Social Club.

Ce disque préserve l’essence du son du Septuor Santiaguero, bien qu’il s’appuie sur d’autres instruments non habituels pour ce format, et fusionne avec d’autres formations musicales beaucoup plus grandes. Il y a des cordes symphoniques et charangueras, une flûte, des saxophones, une conga, une chorale, un format portoricain pour fusionner la bombe avec le son, enfin, c’est une expérience unique qui remémore le son le plus traditionnel avec des sonorités et des arrangements modernes. Il y a, guaracha, bolero, trova, pacá, conga, changüí, nengón, cumbia y bomba, qui sont articulés dans cette plaque qui souligne la richesse des genres cubains et caribéens.

Sur le Septuor Santiaguero.

Fondée en 1995 au Santiago de Cuba le Septuor Santiaguero est un groupe considéré entre les principaux représentants de la musique traditionnelle cubaine.
Avec Fernando Dewar aux rênes on a adopté la discipline du septuor traditionnel – de la guitare, Trois (Instrument de musique), bongó, des clés, des maracas, une contrebasse et une trompettiste – sans aucune permis pour le tambour, à la plus grande gloire d’Arsenio Rodríguez. C’était pour autant un septuor d’huit, mais il conserva le nom de septuor parce que la musique qu’il faisait et comment il la faisait, c’était la propre du septuor.
Ce processus de renouvellement a eu lieu entre 1993 et 1995. C’était des années très dures pour la musique à Santiago de Cuba et dans tout le pays. En 1994 la Vieille Trova Santiaguera surgit. Durant cette année il enregistra son premier disque à La Havane, et en Espagne en été, il reçoit un succès sonore qui atteindra toute l’ Europe.
Parmi les reconnaissances les plus pertinentes dont laquelle le groupe souligne le Prix Cubadisco qu’ils ont obtenu en 2011 à la nomination de la douzième édition annuelle au Grammy Latino en 2013 avec le disqueOye mi son santiaguero dans la catégorie meilleur album traditionnel Tropical.

Le Septuor Santiaguero dispose déjà de quelques productions discographiques entre celles-ci : Vamos Pa’ La Fiesta, Oye Mi Son Santiaguero, Septeto Santiaguero, No quiero llanto- Tributo a Los Compadres, avec ce dernier ils ont gagné un prix Grammy Latino.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.