Danse contemporaine de Cuba

Danse contemporaine de Cuba
Danse contemporaine de Cuba est une compagnie de danse contemporaine cubaine fondée le 25 septembre 1959 et basée au Teatro Nacional de Cuba. Tout au long

Danse contemporaine de Cuba et son histoire.

Danse contemporaine de Cuba est une compagnie de danse contemporaine cubaine fondée le 25 septembre 1959 et basée au Teatro Nacional de Cuba. Tout au long de ses cinq décennies d’existence, ce groupe a effectué des tournées dans plus de quatre-vingt-dix pays d’Amérique, d’Europe, d’Asie et d’Afrique et a participé aux plus importants festivals et événements de danse du monde entier. En septembre 1959, le maître Pedro Ramiro Guerra Suárez lance un appel à danseurs, dans le but de créer une compagnie. Certains connaissaient la danse contemporaine comme Lorna Burndsal, d’autres comme Santiago Alfonso, Arnaldo Patterson et Eduardo Rivero – avec une expérience du cabaret et de la télévision – et d’autres encore n’avaient aucune expérience comme Alberto Méndez González, qui est devenu avec le temps une figure importante de la danse cubaine. Le 19 février 1960, la première représentation du Conjunto de Danza Moderna a eu lieu dans la Sala Covarrubias du Teatro Nacional de Cuba. Les pièces « Mulato » et « Mambí » de Pedro Ramiro Guerra Suárez et « La vida de las abejas » et « Estudio de las aguas » de Doris Humphrey ont été créées avec une mise en scène de Lorna Burndsall.

Danse et ses particularités.

Dans l’esthétique de ces premières années de la danse contemporaine cubaine, ils ont proposé de matérialiser l’expression du monde antillais. Ainsi, les mythes cubains et les ancêtres étrangers ont été représentés dans des œuvres proposées par Pedro Ramiro Guerra, le directeur de la société lui-même. Parmi ces œuvres, citons notamment « Yoruba Suite » de 1960, « La rebambaramba » de 1961, « Orphée antillais » de 1964, « Médée et les esclavagistes » de 1968, « Impression galante » de 1970, « Suite paysanne » de 1962 de Lorna Burndsall. Pedro Ramiro Guerra Suárez a cessé son travail de directeur du groupe en 1971 après que la première de la pièce « Decálogo del Apocalipsis » n’ait pas été autorisée et que la compagnie ait changé son nom en « Danza Nacional de Cuba ». En 1987, l’ensemble a repris son nom sous la direction de Miguel Iglesias. En ce sens, la Danza Contemporánea de Cuba a gardé dans son répertoire actif plus de soixante œuvres à la recherche d’un langage universel et particulier qui permettrait d’établir une intégration entre le théâtre moderne et le langage de la danse contemporaine sans oublier les ancêtres culturels cubains. Il s’est également ouvert au travail de jeunes chorégraphes tels que Lídice Núñez, Jorge Abril, George Céspedes et Julio César Iglesias. Plusieurs directeurs ont suivi la direction de cette société, mais l’un des plus remarquables est Sergio Vitier. Pendant cette période, la compagnie a conservé quelques classiques de Pedro Ramiro Guerra et a créé d’autres pièces de jeunes chorégraphes. Il s’agit notamment de « Fausto », « Panorama » et « Michel Angelo » de Víctor Cuellar, « Okantomí », « Súlkari », « Dúo a Lam », « Tanagras », « Zarabanda » et « Elogio de la danza » d’Eduardo Rivero, entre autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.